Comptoir de l’immobilier : Actualité de Février 2012

Sacré mois de février ! Après une vague de froid digne de la Sibérie durant 15 jours, les clients du comptoir ont été ravis de venir se réchauffer autour d’un verre dans notre établissement…

Alors au comptoir, pour se réchauffer, on a décidé de se lancer dans un grand jeu de société façon Monopoly (ça donne l’occasion de boire des verres de manière ludique ! Qui a dit que je poussais à la consommation !!?!)

Pour jouer à ce Monopoly façon comptoir, et bien il faut le créer… D’ailleurs, la création de ce jeu vient d’une simple réaction à un article paru dans la presse qui est d’un optimisme outrageant pour beaucoup de mes clients. En effet, la France affiche des résultats exceptionnels par rapport aux autres pays européens. Dans son étude annuelle sur le marché résidentiel européen publiée début février, le réseau international d’agences immobilières ERA observe que 2011 a vu les pays européens se comporter de manière peu homogène. Globalement, les pays du nord de l’Europe font de meilleurs scores que les pays du sud. Au rang des pays qui résistent le mieux, ERA cite la France, le Luxembourg, la Belgique…

Un de mes clients me souligne qu’une étude mandatée par une franchise immobilière pour nous dire qu’en France, les prix de l’immobilier ne baisse pas autant que dans les autres, et bien c’était un peu…comment dire… du foutage de gueule !

D’ailleurs à bien y regarder, la franchise ERA ne s’arrête pas là ! Dans la vidéo ci dessous ERA nous vend le concept du robot-négo !

Le robot-négo doit être connecté partout, tout le temps, avec un téléphone ou une tablette. Damien, un client agent immobilier, me dit qu’il ne manquerait plus qu’une puce dans l’arrière train en guise de GPS. D’ailleurs, il me souligne que l’UNIPI veut que les agents immobiliers se partagent les commissions, histoire de faire bouger la profession… Pour être plus précis, l’Union Nationale et Internationale des Professions Immobilières (UNIPI) va lancer le 30 mars prochain une plateforme interactive MLS (Multiple Listing Services) mettant en commun les bases de données des agences immobilières françaises et des promoteurs. Actuellement en phase préinscription, ce concept importé des Etats-Unis et adapté au marché français aurait déjà séduit 250 agences immobilières (source : Boursier.com).

Puis, Damien me dit que les agents ont d’autres problèmes en ce moment que de penser à développer l’inter cabinet. Ainsi selon les échos, les agents immobiliers sont déstabilisés par les réseaux sans vitrine, la guerre est ouverte entre agences immobilières traditionnelles et réseaux de mandataires sans vitrine ni carte professionnelle. Ces « intermittents de l’immobilier », qui réaliseraient 15.000 des 832.000 transactions annuelles, travaillent depuis leur salon ou dans leur voiture, occupent souvent un autre emploi et sont rémunérés par des commissions dont le taux varie d’ailleurs avec leur chiffre d’affaires.

Du coup, un pion de notre jeu serait en forme d’agent immobilier !

Bon, il nous faudrait un pion par profession … Julien, un client diagnostiqueur me dit qu’un pion pour sa profession serait aussi le bienvenu. Car les diagnostiqueurs immobiliers vivent depuis peu grâce à l’installation progressive de lois sur l’énergie, les matières dangereuses et la création du DPE. Les diagnostiqueurs immobiliers sont les premiers de leur métier (un métier d’avenir selon lejsl.com).

Le problème d’une profession récente, c’est qu’elle a les défauts de sa jeunesse, notamment en ce qui concerne sa déontologie. Ainsi la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en cause les diagnostics immobiliers. Sur 559 entreprises contrôlées, 337 n’étaient en conformité avec la réglementation : absence de certifications personnelles, manque d’informations sur les tarifs, manque d’indépendance… (source : toutsurlimmobilier.fr).

Mais le plus important pour ce jeu serait de matérialiser le marché de l’immobilier ! Mais comment faire ? Peut-être en le symbolisant par des cases sur le plateau du jeu… Une case par marché local ! C’est une piste intéressante. Mais regardons de plus près les marchés locaux !

Tout d’abord le marché français semble statique ou orienté à la baisse à l’heure actuelle. Si l’on regarde à Montpellier, le journal Capital nous indique que le marché est totalement figé. Acheteurs comme vendeurs se font rares dans la préfecture de l’Hérault. A Toulouse, les ventes dans le neuf ont connu en 2011 un sérieux trou d’air avec une baisse de 25%, et pourtant le marché toulousain du neuf reste encore l’un des plus attractifs de France. Les cases du jeu pourrait être les villes de France…

Bref, le rapport de force entre acheteurs et vendeurs sur le marché de la pierre pourrait s’inverser au dire de Sébastien de Lafond, (voir la vidéo) fondateur de MeilleursAgents.com. Pour les clients du comptoir, c’est déjà le cas !

Ainsi si l’on regarde le marché parisien, l’on peut constater que les prix sont en baisse générale sur l’ensemble de l’Ile de France (sauf dans le Val de Marne).

A Paris intra-muros, la baisse est de 0.3% sur le mois de décembre 2011. Ainsi, le prix au m² en moyenne sur Paris est de 7 917 € / m² au 1er janvier 2012. Au premier semestre 2011, les prix à Paris avaient augmenté de près de 8%, pour enfin baisser de près de 3% au deuxième semestre 2011. La tendance baissière se confirme.

Les prix des logements anciens pourraient reculer de 8 à 14 % d’ici 2014 selon le journal “ les échos“. La baisse semble généralisée à l’ensemble du territoire, sauf dans le luxe (voir comptoir du mois de janvier) et à la montagne. Ainsi selon le figaro, les prix résistent dans les grandes stations de sport d’hivers (sauf pour les studios qui ont du mal à trouver preneur). Le prix au m² carré se négocie à 9 735 € à Courchevel (station la plus huppée), alors qu’il se négocie à 4 099 € à Valloire (station la moins prisée). Pour revenir sur le luxe, les échos nous gratifie d’un énième article sur le sujet d’ou achètent les étrangers sur la capitale. Le particulier.fr, nous indique que le ralentissement des transactions et des prix pourrait encore s’amplifier dans le futur. Mes clients adorent les pourraient ! Ca sent le journalisme engagé qui se mouille dans ses prédictions.

Mon client René souligne que si l’on achète sur une case de ville, le prix baisserait de 0.5% par tour pour tenir compte de la conjoncture… Mais continuons…

TF1 nous indique que le nombre de prêts accordés a fortement baissé (-25.7%) en janvier 2012 par rapport à janvier 2011 (voir le reportage). Quant à directgestion.com, il indique que les taux ne devraient pas bouger pour le 1er trimestre 2012 selon la Cafpi.

Nathalie, une bonne cliente, me susurre que les prêts pourraient être indiqués dans une carte chance. Allez, il y aura une case chance avec une carte prêt immobilier… Pas mal comme idée !

Mais reprenons, il a été observé une légère baisse des taux au mois de février 2012 selon les échos. Donc, l’offre de crédit se raréfie, si les taux n’ont pas été affectés par la perte du triple A, les banques durcissent leurs conditions (source : Challenges). En parlant de la perte du triple AAA, une vente de logement a été annulée à cause de la dégradation de S&P. Un couple, qui avait réservé un appartement sur plan à Arpajon (Essonne), refuse de signer la vente avec le promoteur immobilier à la suite de la dégradation par Standard & Poor’s de la note de la banque qui délivre la garantie financière (source : cbanque.com).

Depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, et la volonté des régulateurs de renforcer les règles prudentielles qui exigent un niveau élevé de fonds propres face au risque, les banques, soucieuses par ailleurs d’alléger leurs bilans, ont nettement resserré leur politique de crédit. Ainsi des sociétés de gestion se substituent aux banques sur le crédit immobilier pour les entreprises (source : nouvelobs). En 2011, 17,2 milliards d’€uros ont été investis en France dans l’immobilier d’entreprise. Pour 2012, on attend entre 13 et 15 milliards d’€uros d’investissements dans ce secteur (source : Boursorama.com).

Un autre client m’indique que l’on pourrait incorporer une carte « bijoux de famille ». Je reste pantois… Qu’est ce que tu veux dire par là mon gars ? Il me dit regarde cet article de presse :

L’état se prépare à vendre une partie de son patrimoine (source : seloger.com) :

“Yves Deniaud, président du conseil de l’immobilier de l’Etat (CIE) et député UMP de l’Orne,  précise à l’AFP le but de la vente du patrimoine de l’Etat, le Gouvernement ayant déjà été accusé par la Cour de comptes de “liquider les bijoux de famille” : “trouver de l’argent. Deux cent cinquante millions d’euros au total, ce serait formidable”. Donc, améliorer les finances publiques en se séparant des hôtels particuliers, biens jugés trop coûteux d’entretien. En 2010, l’État avait annoncé vouloir vendre quelque 1700 biens d’ici à 2013″.

Je comprends mieux la remarque de mon client…

D’ailleurs, l’état n’est pas le seul à vendre les bijoux de famille dans cette période difficile pour l’économie, le groupe PSA qui affiche près de 92 millions d’€uros de perte cette année et compte vendre son siège social parisien.

Mais passons… Nadine, une bonne cliente décide de se prêter au jeu, et elle suggère qu’il faudrait une carte aléas ! Décidément, mes clients sont bien mystérieux et imaginatifs… Elle m’indique que les aléas pourraient être une série de cartes liées à la législation. En y regardant de plus près, c’est vrai que ça pourrait être intéressant !

Ainsi, selon les échos, le crédit d’impôt développement durable permet de réduire la note sur certains équipements. Mis en place en 2005, le crédit d’impôt développement durable (CIDD) se taille depuis quelques années un franc succès. Il permet de réaliser des travaux dans votre logement à moindre coût, en diminuant les impôts. Et si vous n’en payez pas, l’Etat vous rembourse. Que vous soyez occupant ou bailleur, le crédit d’impôt développement durable 2012 concerne l’achat de matériaux d’isolation thermique (parois opaques et vitrées), les chaudières à condensation et à bois ou autre biomasse, les chaudières micro-cogénération gaz (nouveauté 2012), les appareils de régulation et de chauffage, les équipements de production utilisant une source d’énergie renouvelable (chauffe-eau solaire, pompe à chaleur, raccordement à un réseau de chaleur…) ou encore les équipements de traitement ou de récupération des eaux de pluie. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) réalisé à l’occasion de travaux bénéficie, lui aussi, du crédit d’impôt, à condition qu’il soit réalisé en dehors d’un cadre légal, c’est-à-dire en dehors d’une vente ou d’une location, puisque, dans ces deux cas, le diagnostic est obligatoire.

Les aléas ne sont pas forcement des mauvaises nouvelles ! Quoi que…

La hausse des prélèvements sociaux de 13,5% à 15,5% sur les revenus immobiliers sont pour le coup une mauvaise nouvelle pour certains.

Pis, les députés ont voté, ce mercredi 15 février 2012, une mesure dérogatoire relative aux contrats de réservation et de vente de bien immobilier. Ces derniers, s’ils sont conclus avant la date de l’adoption de cet amendement, se verraient appliquer l’ancien taux à 19.6%. Damien souligne que c’est une fausse bonne nouvelle, vu que cela représente une part infime du marché…

Revenons à nos moutons, un client voyant que le développement de notre jeu immobilier suit son cour, pousse un large soupir en constatant que l’on s’amuse d’une situation plutôt dramatique… D’ailleurs, il vaut mieux en rire que d’en pleurer ! Mais il nous dit : « Mais comment en est-on arrivé là ? »

Certains se posent la même question de pourquoi a-t-on assisté à une telle flambée des prix de l’immobilier entre 2000 et 2011 ? Selon quoi.info, il existe trois raisons :

La pénurie de logement,  les conditions d’achat favorables et la spéculation.

Légitimement, mes clients viennent à se demander ou va le marché de l’immobilier pour 2012 ?

D’après les analystes, 1/3 des Français souhaitent réaliser un projet immobilier dans les mois à venir. Leur préférence va pour l’achat d’un bien ancien et spacieux. 2/3 des français estiment que le marché de l’immobilier est défavorable, l’absence de stabilité professionnelle et de moyens cités comme principaux freins à l’achat (source : infosimmo.com).

Le journal Le Monde, se demande exactement la même chose, mais avec un titre un peu plus accrocheur. Il résume le marché par des idées simples comme la diminution des aides à la pierre, des conditions de crédit “satisfaisantes”, et une offre rare. A priori rien de dramatique, sauf qu’en conclusion, il nous indique qu’une baisse des prix et des crédits est attendue en 2012.

Ainsi, dans la case chance, l’on pourrait incorporer des cartes acquéreurs ! Hey, hey pas mal comme idée ! Il en a des bonnes le patron  des fois…

Pourquoi pas une carte acquéreur modèle, car le profil de l’emprunteur a évolué, selon une étude du courtier en crédit immobilier ACE : plus âgé (trentenaire), majoritairement en couple (sans enfants), avec un apport personnel plus conséquent et un montant d’emprunt plus élevé.

Une carte budget moyens d’acquisition serait aussi une bonne idée, car les futurs acquéreurs disposent d’un budget moyen de 210.000 (source : Boursorama).

Enfin, une carte incertitude d’achat ! Est-il temps de réaliser un achat immobilier ? Cyril Lureau, PDG de Sicavonline, interrogé par Vincent Bezault, livre son analyse du marché immobilier et revient sur les facteurs à prendre en considération pour bien investir dans la pierre (voir la vidéo)… Faut-il encore acheter si on le peut ? Où faut-il acheter ? Faut-il acheter ou louer ? Faut-il acheter pour louer ? C’est à toutes ces questions que Marc Fiorentino a décidé de répondre, point par point. Pierre par pierre… dans “Immobiliez-vous » !

Tiens ça serait un bon titre pour notre jeu ! D’ailleurs dans une interview à RMC, le fameux Marc Fiorentino nous indique que la baisse serait de l’ordre de 15 à 30%, et que si le parti socialiste gagne le prochaine élection présidentielle, et bien la France sera attaquée le 7 mai par les marchés financiers. Trop fort le Marco, une vrai madame Irma… mais qui sait ?

C’est vrai que le cabinet de recherche Primeview évoque l’existence d’une bulle immobilière en France. Si le sujet est « tabou  », selon l’observateur, il n’en demeure pas moins que la bulle est là : « gigantesque » et « dangereuse »…

Rien de joyeux n’est donc a attendre dans les temps à venir…

L’affaire du MES nous a définitivement fait sortir de notre rêverie, et donc le coté imaginatif de la création du jeu de société « immobiliez-vous » est définitivement abandonnée… Car une discussion de pilier de comptoir a émergé dans notre bon vieux rade. Ca râle de tous les cotés ! Les uns pestant contre notre beau pays en disant que « la France est vraiment pourrie », les autres étant des adorateurs de « c’est mieux ailleurs »…

Regardons justement dans les autres pays, ça se passe comment ? L’herbe est plus verte ?

Tout d’abord en Espagne, les banques devront faire le ménage dans leur parc immobilier. Le gouvernement espagnol approuvera vendredi une réforme du secteur bancaire, exigeant de lui un nouvel effort de 50 milliards d’euros pour s’assainir une fois pour toutes des excès hérités de la bulle immobilière, avec comme souci de ne pas peser sur le déficit public. Pis, L’Espagne veut éviter les saisies immobilières. Le ministre espagnol de l’Économie, Luis de Guindos, a entamé des pourparlers avec les banques du pays pour réduire le nombre de saisies immobilières, qui augmentent avec la crise. Enfin, les ventes de logements chutent lourdement en 2011. En 2011, le marché immobilier espagnol a renouer avec la crise, avec une chute des ventes de près de 18 %, recul comparable à ceux des années 2008 et 2009. L’immobilier en Espagne reste conforté à une situation économique calamiteuse, un excès d’offre massif et des prix immobiliers qui n’ont pas encore chuté suffisamment pour resolvabiliser les acheteurs.

Donc rien de bon de ce coté là !

Bon alors en Norvège peut être ? Et bien la bulle immobilière allarme le FMI. Relativement à l’abri de la crise grâce à sa manne pétrolière, la Norvège doit prendre des mesures pour refroidir le marché immobilier en pleine effervescence selon le FMI. Les Vickings ont la tête qui tourne ?

Et les grecs ? Ils en sont où ?

Après le mariage à la grecque, ils vont nous faire la révolution à la grecque !

Et les Chinois dans tout ça ? Les prix de l’immobilier ont continué à baisser en janvier. En effet, les prix ont poursuivi en janvier leur mouvement de baisse dans la plupart des villes chinoises, selon les chiffres rapportés samedi par le gouvernement, qui a récemment réitéré le maintien des mesures anti-spéculation mises en place dans le secteur. Et à Shanghaï, la ville va libérer les ventes immobilières. La capitale financière chinoise veut assouplir les conditions d’achat de résidences secondaires pour relancer les ventes.

Et chez nos grands et costauds amis Américains ? C’est la 5e année de baisse des dépenses de construction en 2011. Les dépenses de construction aux Etats-Unis ont baissé en 2011 pour la cinquième année d’affilée mais semblent en voie de redressement, selon les chiffres publiés mercredi 1er février à Washington par le département du commerce. Mais petite bonne nouvelle, la hausse est plus forte que prévu des mises en chantier. En janvier, ces mises en chantier ont augmenté de 1,5% au nombre annuel de 699.000, dépassant le consensus qui donnait 675.000.

C’est moins pire que les autres… Mais la palme d’or du « Das geht gut! »* revient à nos cousins germains, car le marché immobilier allemand est en pleine expansion. Dans les grandes villes de plus de 500.000 habitants, les prix de vente ont ainsi progressé de 7 % en 2011, soit un rythme deux fois plus important qu’en 2010.

L’avenir serait-il allemand ?

* (ça va bien !)

Dessin : Martin Masson

Article : Antoine Michon

Cet article, publié dans Actualité, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Comptoir de l’immobilier : Actualité de Février 2012

  1. Juste bravo, un membre de l’équipe de communication de l’UNIPI

  2. Maurice dit :

    Pas mal, vraiment pas mal…

  3. Lucie dit :

    Enorme ! J’adore

  4. Futur proprio dit :

    Article très complet sur l’actualité du marché immobilier ! Le nombre de référence sont impressionnante… Pis le coté comptoir donne une petite touche d’humour fort sympa en ses temps difficiles.

  5. Mike agent co dit :

    Génial comme revue de presse !!! Et le GPS dans les fesses, ça m’a fait rire… Mais jusqu’ou irons nous ! lol

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s