Etat des Risques Naturels et Technologiques (ERNT)

L’Etat des Risques Naturels et Technologiques (ERNT) est un document d’une dizaine de pages comprenant la situation de l’immeuble face à deux types de risques :

1 – Les risques naturels.

2 – Les risques technologiques.

Pour les risques naturels (1), en France (métropole et DOM-TOM) il y a :

– Les avalanches

Ce risque concerne essentiellement le massif Alpes et le massif des Pyrénées.

– Les inondations

C’est le risque naturel le plus courant en France. En effet, notre pays disposant de nombreux cours d’eau, l’inondation est le risque le plus important. Une cartographie des zones inondables a été établie sur tout le territoire, malgré cela, des zones urbaines ont été construites sur ces dernières. De plus, les effets du réchauffement climatique, la suppression des haies arborées en milieu rural, le bitumage et le bétonnage font que ce risque va s’accroître dans le futur.

– Les mouvements de terrain

Après le risque d’inondation, c’est sans doute l’un des risques le plus présent en France. Dans les anciennes zones minières (lorraine, nord pas de calais), de nombreux affaissements de terrain se sont produits. Dans les zones urbaines, le réseau d’égout, les anciennes carrières, les souterrains, voire le métro ou les catacombes ont fait de nos villes de véritables gruyères. Les risques sont non négligeables comme en atteste la photographie ci-dessous montrant l’effondrement d’une cour d’école à Paris lors des travaux d’extension de ligne 14 en 2003.

– Séisme

Même si en métropole, ce risque est toutefois assez marginal, il n’en demeure pas moins qu’il est existant. Comme en atteste cette vieille photographie attestant du plus violent séisme que la métropole est connue au cours du XXème siècle.

Une nouvelle cartographie des zones sismiques a été éditée en 2011, les zones métropolitaines les plus soumises aux séismes sont les massifs montagneux et également les zones autour de Marseille et de Nice.

N’oublions pas que les DOM-TOM, et notamment les Antilles sont plus exposées à ce type de risque.

– Volcanisme

Seuls les DOM-TOM sont concernés par ce type de risque. En effet, de nombreux volcans actifs se situant sur ces territoires comme par exemple le piton de la fournaise (photo ci-dessous).

En France métropolitaine, même si il n’y a aucun volcan actif, il existe néanmoins des volcans « endormis » dans le massif central.

– Crue torrentielle

Les crues torrentielles sont un phénomène se rapprochant fortement de l’inondation, à la différence près que cette dernière est un phénomène violent et rapide, avec une force de destruction plus importante. Le meilleur exemple est celui de Vaison-la-Romaine (photo ci-dessous).

– Feux de forêt

Ce risque est surtout situé dans le sud du pays, chaque année, de manière cyclique, des milliers d’hectare de forêt partent en fumée. Le Var est sans doute le département le plus exposé au vu de son immense territoire boisé.

– Sécheresse

Les sécheresses sont des phénomènes cycliques dans certaines régions (le sud du pays notamment), mais en cas de météo exceptionnelle (comme en 1976), elles peuvent survenir sur l’ensemble du territoire.

– Cyclone

Les cyclones ne concernent que les DOM-TOM (région tropicale), ce phénomène météorologique est sans doute l’un des plus impressionnant de la nature. Ses phénomènes sont cycliques.

2 – Les Risques Technologiques :

Le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) prennent en compte les zones SEVESO.

La directive dite Seveso ou directive 96/82/CE est une directive européenne qui impose aux États membres de l’Union européenne d’identifier les sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs. La directive, officialisée le 24 juin 1982, a été modifiée le 9 décembre 1996 et amendée en 2003 la directive 2003/105/CE. Cette directive est nommée ainsi d’après la catastrophe de Seveso qui eut lieu en Italie (1976) et qui a incité les États européens à se doter d’une politique commune en matière de prévention des risques industriels majeurs.

Les zones SEVESO

Les entreprises sont classées « Seveso » en fonction des quantités et des types de produits dangereux qu’elles accueillent. Il existe ainsi deux seuils différents classant les entreprises en « Seveso seuil bas » ou en « Seveso seuil haut ». Les établissements militaires et les dangers liés aux rayonnements ionisants (nucléaire) ne sont pas concernés par cette directive.

Le calcul de dépassement de seuil se réalise par une somme pondérée des masses de produits présents dans l’entreprise. Les entreprises dont le premier seuil n’est pas franchi ne sont pas concernées par la directive. Les entreprises qui dépassent le premier seuil sont concernées par la Directive et sont classées « Seveso seuil bas ». Les entreprises qui dépassent le second seuil sont elles classées « Seveso seuil haut ».

Les zones nucléaires ne sont pas prises en compte dans le PPRT.

IMMOBILIS EXPERTISE vous propose de réaliser l’Etat des Risques Naturels et Technologiques.

Nos tarifs sont directement consultables sur notre site internet :

http://www.immobilis-expertise.fr/index.php/Nos-Tarifs-Publics.html

Publicités
Cet article, publié dans Diagnostic Obligatoire, Diagnostics et expertises, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Etat des Risques Naturels et Technologiques (ERNT)

  1. Preventimmo dit :

    Les principaux risques naturels sont présentés de manière très ludique. Original ! Dommage qu’il ne soit pas plus complet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s